Réunion des Classes 15 mars 2016 - Thème : Classes et pratique féminine

Cet article a été rédigé par Christian Silvestre, et posté le 21-04-2016

La réunion est ouverte par Jean-Pierre Champion, président de la FFVoile.
Il remercie les intervenantes et intervenants présents, et souligne l’attention que la FFVoile porte au développement de la pratique féminine.
Un des exemples récents est l’effort exercé en direction de la féminisation des arbitres.
Il souhaite que naissent de cette rencontre des actions concrètes.

I - Informations Classes FFVoile : 

Henri GIRAUD nous informe :
A - Championnats de France de Classe : 
11 conventions avec les classes ont été signées, il en reste une en attente.

B -  Championnat de France de Classe et régate support : publication au calendrier et publication des résultats à partir de 2016.
1 -  Lorsque les conditions d’admissibilité au Championnat de France sont identiques à celles de la compétition support :
- La publication au calendrier est celle d’une compétition unique dont l’intitulé comporte le nom du Championnat de France auquel est accolé le nom de la compétition support.
- La publication des résultats est celle du résultat scratch de l’épreuve Championnat de France auquel est accolé le nom de la compétition support.
 
2 - Lorsque les conditions d’admissibilité au Championnat de France sont différentes de celles de la compétition support (étrangers, âges…)
- Pour la publication au calendrier, 2 compétitions distinctes sont publiées :
    a - Une compétition intitulée Championnat de France de la Classe auquel est accolé le nom de la compétition support.
    b - Une compétition support dont l’intitulé de la compétition ne comporte que le nom de la compétition support.
- Pour la publication des résultats :
     a- Le Championnat de France reçoit les résultats par extraction des coureurs admissibles au Championnat de France.
     b - La compétition support reçoit le résultat scratch de l’épreuve courue.
Nota : Pour ce qui concerne les Avis de Course de ce type d'organisation, deux avis de course distincts, un pour la compétition support, un pour le Championnat de France, seront publiés.

 

II – Classes et pratique féminine :

D’après l’INSEE en 2013, la moyenne en France des membres féminins des fédérations de pratiques de Sports Olympiques est de 30,4%.
Pour sa part, la Voile au féminin, toutes licences confondues, représente 33,5 % de l’ensemble des licenciés.
Pour les Classes, les pourcentages de pratiquantes ayant couru au moins une régate sont pour 2015 :

  • 26% de féminines jeunes  (jusqu’à 25 ans).
  • 17% de féminines seniors (26-66 ans).
  • 7% de féminines vétérans (+de 66 ans).
    Un rapide bilan chiffré est joint ici : cf PDF base CIF 2015.

_______

Je propose quatre grands chapitres pour guider notre réflexion quant aux évolutions qui permettraient de développer la pratique féminine dans nos Classes.
 

1 – Les conditions matérielles : 

  • Disposer de sanitaires fille (vestiaires, toilettes, douches fermées) en état et entretenus tout au long de l’évènement.
  • Disposer d’un lieu clos pour la pesée des équipages

Sont stigmatisés :
- Vestiaires fille petits, voire inexistants.
- Toilettes femme inexistantes, ou laissées sans entretien.
- Douches ne fermant pas, pas entretenues.
- Le contrôle de poids des équipages s’effectuant en sous vêtements en public.
Sentiment général : une intimité trop fréquemment méprisée.

  • Des vêtements techniques plus adaptés et moins austères.

Sont stigmatisés :

- Les fermetures des combinaisons inaccessibles sans aide extérieure.
-  Les combinaisons sans ouvertures.
-  Des couleurs « mortuaires » ou « pompiers », pas attractives, particulièrement pour les jeunes pratiquantes.
 Sentiment général : des fabrications développées à la base pour les hommes, à peine modifiées pour les adapter aux pratiquantes

2 – Approche physique :

  • Un rythme de courses en rapport avec les contraintes physiques et physiologiques.
  • Un temps maximum sur l’eau contenu.

A étudier :

- Zone de course proche.
- Nombre pondéré de courses par jour.
- Fourchette météo adaptée.

Sont stigmatisés :
- L’accumulation excessive de manches par jour.
- Les zones de courses trop éloignées.
- La succession de départs ne laissant aucun temps libre entre les manches.
- Le lancement de courses par météo trop extrême.
- L’annulation fréquente des courses par météo légère.
- Les temps de présence sur l’eau déraisonnables.

  • Ajuster la puissance des bateaux.

Surface de voile, type de gréement. Agissent dans ce sens : LASER, SNIPE, 470, EUROPE, CONTENDER.

  •  Initier la création d’équipages mixtes.

Avancent dans cette direction : 4000, RS 500, WETA, HOBIE, SNIPE. 

  • Proposer une aide au bricolage.

Est remarqué :
Adapter physiquement nos évènements ne répond pas seulement à une attente des pratiquantes mais aussi au désir d’une part conséquente de nos pratiquants, hommes et femmes confondus.
 
Je propose aux Classes de réfléchir à la mise en œuvre, sur la même compétition, d’épreuves distinctes.
Les spécificités de chaque épreuve dans la compétition, liées aux attentes différentes des pratiquantes et des pratiquants, seraient adaptées en conséquence : nombre de manches par jour, temps maximum sur l’eau, conditions de vent mini et maxi, proximité de terre des zones de course, etc .

3 - Approche image :

  • Chercher à représenter la parité sur l’ensemble des supports de communication Voile.
  • Démontrer l’accessibilité de notre sport et de nos supports.
  • Diffuser systématiquement à la presse des images avec des participations féminines.
  • Mettre en avant (élire?) une « marine » de l’année.
  • Prévoir les textiles de régate (teeshirt, polo, etc) avec des modèles féminins et les tailles en fonction.

Sont stigmatisés :
- Photos et vidéos majoritairement réalisées avec des hommes.
- Conditions météos « musclées » mises en avant, présentant des « Gros Bras ».
- Le peu de référents féminins mis en avant dans notre sport.
- Les teeshirts "chemise de nuit".

4 – Approche sociétale. 

  • Optimiser les horaires de pratique :

- Pour les rendre plus compatibles avec la vie familiale.
- Pour permettre la réalisation d’autres activités. 

  •  Réduire le temps de déplacement

- Navigation en Club.
- Calendrier concentré et adapté par région. 

  • Proposer une aide gréement/dégréement.

- Parrains de Classe.
- Bénévoles de Club.

  • Bannir les réflexions et/ou plaisanteries sexistes et ne pas hésiter à sanctionner si avérées.

Sont stigmatisées :
- Les plaisanteries "douteuses", à terre comme sur l’eau.
- Les pressions régulièrement exercées auprès des comités de Course par les « gros bras ».
- Le vocabulaire insultant lorsque les féminines dépassent en performance les équipages masculins.
_______________________

Pour conclure notre rencontre Jean-Pierre Champion attire notre attention sur les contradictions parfois rencontrées au sein des Classes, entre les pratiquants extrêmes, prêts à passer 8 heures, et plus, sur l’eau, et ceux dans l’attente d’une pratique plus douce.
La distance est parfois grande entre ces pratiquants et nous devrons savoir trancher si nous souhaitons continuer à répondre à la demande de l'ensemble des pratiquants.
La réelle proximité des parcours reste aussi à concrétiser dans les faits.
 
Le président propose aux Classes de réfléchir à ces questions afin que l’on puisse en extraire des actions concrètes.
______________________________
La séance se clôt à 20h30
_______________________________

Quelques éléments de nos réflexions rapidement applicables :
 
• Dans nos cahiers des Charges :

  • Préciser les requis pour les sanitaires filles.
  • Pour la pesée des équipages exiger un lieu fermé.

• Encadrer, et faire respecter, en accord avec le Comité de Course :

  • les temps maximum sur l’eau,
  • le nombre de courses par jour,
  • la fourchette météo retenue.

Nota : Le délégué de Classe de la régate devra s’en assurer par anticipation et en être garant durant l’évènement.

• Respecter la proportionnalité Homme/Femme dans nos conseils.
_________________
 
De nos échanges ressort que les remarques apportées sur la pratique féminine répondent également à la demande des pratiquants qui apprécient la démarche d'une compétition adaptée, avant celle d'une compétition ultra sollicitante.
Nous pourrions explorer ce type de double compétition lors de grands évènements nationaux, proposant ainsi une compétition mesurée et confortable au cœur d'une compétition plus extrême.

Pour concrétiser cette approche, je soumettrai prochainement un court questionnaire.
Il y sera demandé si vous pensez pouvoir tester dans votre Classe ce type d'évènement, ainsi que les seuils qui vous sembleraient adaptés.
Ces compétitions pourraient faire alors l’objet d’un label spécifique sur nos calendriers et celui de la FFVoile.

Merci par avance de votre participation.
Cordialement,

Christian Silvestre
Représentant des Classes au CA FFVoile
_____________________
Classes présentes :
CLASSE M, OPTIMIST, EUROPE, LASER, 470, FIREBALL, 505, VAURIEN, SNIPE, PONANT, WINDY, RS SAILING 500, CONTENDER, WETA, SL 16, HOBIE CAT, DINGHY12P, NEO4.95, AILE, CORMORAN.
Ne pouvaient être présents, et m'ont transmis par mail leurs analyses : 420, 4000, TEMPEST, F18, SURPRISE, STAR, CORSAIRE.
__________________________
 

 

 

Ajouter aux favoris lien.